Beauregard

La Magnanerie de Beauregard

la culture du Murier et la Sériculture.


Terme Magnan – nom Provençal du Bombyx Mori.
Construit en 1650 par la famille Soulet, le bâtiment fait 40 m de long
par 8 m de large sur 2 niveaux pour l’élevage des vers à soie.
Louis XI a établi l’industrie de la soie à Lyon en 1466 et vers 1470 a ramené la production à Tours.
Henri IV a demandé à Olivier de Serres de développer la soie en Provence.
René, Duc de Provence, introduit les mûriers en France au XVème siècle.
Au XVIII ème siècle, Tours devenue une ville prospère grâce à l’industrie de la soie,
employait entre 20.000 à 40.000 personnes.
En 1685 suite à la révocation de l’Edit de Nantes, Tours a vu le déclin de l’industrie
de la soie et la fuite de 200.000 Huguenots vers l’Angleterre, l’Amérique, et l’Australie.
La famille Soulet (Huguenots) a sauvé son bien (Beauregard) en abjurant son hérésie devant
Mr le Curé dans la maison même de Beauregard.
La soie a été découverte par une impératrice de Chine environ 3.000 ans av-JC. Un cocon est
tombé dans sa tasse de thé, sous un mûrier.
Le mûrier blanc, venant de chine et du japon, a été introduit en France et en Italie, tandis que
le mûrier noir venant de Perse, a été introduit en Angleterre.
Il ne reste qu’un seul mûrier blanc au bout de la magnanerie actuelle.
A l’apogée de la production de la magnanerie de Beauregard,
il y avait 108 800 cocons pouvant produire 3400 « balais » de soie.
Il fallait 32 cocons pour produire un « balais ». Le cocon est l’enveloppe soyeuse, produite par la chenille.
L’œuf, appelé grain, passe de 2 mm à 8 à 9 cm en 5 à 6 semaines et son poids se multiplie par 10 000.
Le bruit des vers à soie mangeant les feuilles de mûrier, équivaut à une pluie torrentielle.